politique, fiscalité, modernisation de l'État, action publique, services publics, développement économiques, justice sociale, famille, responsabilité, solidarité, politique, fiscalité, modernisation de l'État, action publique, services publics, développement économiques, justice sociale, famille, responsabilité, solidarité, politique, fiscalité, modernisation de l'État, action publique, services publics, développement économiques, justice sociale, famille, responsabilité, solidarité,

8.12.18

Alerte pour la République


Alerte pour la République

Le mouvement des gilets jaunes est difficile à cerner, dans ses modalités d’action, ses objectifs, son organisation. Il est plein d’ambiguïtés et de contradictions. A ce jour on ne sait pas ce qu’il en adviendra.
Mais il est l’expression de deux crises majeures auxquelles nous sommes confrontés, pas seulement notre pays, mais particulièrement pour ce qui concerne la deuxième.

1-La montée des inégalités et la perte de la perspective de vivre mieux demain :
Au-delà des statistiques et des débats qu’elles suscitent, il faut faire un constat : une partie de nos concitoyens vivent bien, et souvent de mieux en mieux ; une autre vit mal, très mal, sans perspective que cela change. Parmi ceux-ci, il y a des courageux, qui se lèvent tôt, par exemple ceux et plus encore celles qui font le ménage dans les bureaux avant l’arrivée de leurs occupants ; et des découragés. Pour eux, il est facile de dire qu’ils ne font pas d’efforts. C’est sans doute vrai pour certains, mais prenons garde de juger trop vite, sans connaître les histoires personnelles. Pour les uns et pour les autres, la vie est difficile, faite de multiples contraintes et souvent sans perspective d’amélioration. Comment peuvent-ils comprendre qu’on leur demande des efforts, si cela complique encore leur vie ; alors même que les catégories aisées ne sont pas, ou très peu affectées dans leur mode de vie, et que leur bilan carbone est en général bien plus élevé que celui des personnes moins favorisées. Comment peuvent-ils accepter une taxation supplémentaire, alors qu’à juste titre, ils perçoivent notre système fiscal comme profondément, et de plus en plus, injuste.
Il est illusoire d’avoir pour objectif à court et moyen terme une égalité dans l’empreinte carbone de chacun, à l’échelle d’un pays, a fortiori à l’échelle du monde. Mais, au-delà de la lutte contre les gaspillages, qui ne se discute pas, comment demander des efforts à ceux qui vivent le plus mal et se sentent les plus contraints, si le premier pas dans la modification des comportements ne vient pas de ceux qui ont la contribution la plus forte aux émissions de gaz à effet de serre. C’est plutôt le contraire qui se passe. Les plus favorisés n’ont aucune difficulté à contourner les effets négatifs pour eux du réchauffement climatique…en alourdissant la facture énergétique. Les climatiseurs se sont multipliés pour se préserver des températures devenues trop élevées. Et les canons à neige permettent que les vacances de ski soient toujours au rendez-vous.
Le réchauffement climatique nous rappelle un fondement souvent oublié : qu’on le veuille ou non, nous sommes interdépendants. Et ceci a un corollaire : l’interdépendance rend la solidarité nécessaire : dans la logique du chacun pour soi, l’humanité est vouée à disparaître, non d’abord pour une raison morale, mais du fait d’une cause physique. C’est sans doute parce qu’ils comprennent cette évidence que les tenants du « chacun pour soi » sont logiquement enclins à nier toute responsabilité humaine dans le réchauffement climatique.
L’urgence est donc de donner une place centrale à l’impératif de solidarité. En amont de toutes les mesures concrètes qu’on peut imaginer, c’est un objectif idéologique vital. C’est une responsabilité de chacun, plus encore des intellectuels, des philosophes, des religieux, et en premier lieu des politiques, qui, dans ce domaine, ont une fonction éminente à jouer, qu’aujourd’hui, ils n’assument pas. Ce devrait être le cœur du projet européen. Et c’est aujourd’hui, à mon sens, ce sur quoi, l’Union Européenne a failli : sur deux dossiers majeurs, celui des migrants et celui de la fiscalité c’est l’individualisme, le repli sur soi, l’égoïsme des Etats qui domine.
 2-La crise de la démocratie :
On ne réalise pas de changements véritables sans l’adhésion d’un grand nombre. Cette conviction qui est la mienne n’a peut-être pas de valeur universelle. Certains citeront peut-être, en contre-exemple, la Turquie d’Ataturk ou l’Iran du Shah. On peut débattre sur ces situations, mais ma proposition est applicable sans réserve, à nos pays développés, c’est-à-dire éduqués et complexes.
C’est le sens de la démocratie de permettre le débat public, la confrontation des points de vue et, en définitive de faire émerger des lignes d’action, autour desquelles se retrouvent une majorité. C’est aussi le rôle de la négociation sociale de définir des points d’équilibres entre différentes approches, différents intérêts, autour desquels les parties prenantes se retrouvent, peu ou prou.
Cela prend du temps, mais cela permet l’adhésion ou au moins la compréhension du grand nombre.
Construite dans la perspective de renforcer l’efficacité gouvernementale, dans un contexte de défiance vis-à-vis des partis, pourtant explicitement mentionnés pour leurs concours à la démocratie dans son article 4, la constitution de la cinquième république a organisé la prévalence du pouvoir exécutif, partagé, à l’origine entre le premier ministre et le président de la république. L’élection depuis 1962 du président de la république au suffrage universel, parce qu’elle lui conférait une légitimité directe, a consacré le rôle prééminent de celui-ci dans l’organisation des pouvoirs.
L’instauration du quinquennat, qui fait rythmer le calendrier du renouvellement de l’Assemblée Nationale avec l’élection du président de la république, couplée avec la funeste décision de Lionel Jospin d’inverser l’ordre de ces deux élections, en donnant la priorité, la primauté à celle du président, a parachevé cette organisation des pouvoirs, centrée sur l’exécutif. L’élection législative est devenue un scrutin croupion ayant fonction à confirmer celle du président, avec l’appui du scrutin majoritaire ; et la légitimité pour exercer le pouvoir n’est plus celle d’une majorité parlementaire comme dans la plupart des démocraties européennes.
Les partis ont cessé de jouer leur rôle traditionnel et essentiel, de construction de projets politiques et de sélection des dirigeants, pour devenir des machines au service d’un candidat. L’élection d’Emmanuel Macron a apporté l’éclatante démonstration de cette évolution, poussée à son stade ultime. N’ayant jamais auparavant affronté le suffrage universel, et n’étant porté par aucune force politique, il a été élu président de la république et, dans la foulée a fait élire une majorité, qui ressemblait plus à un club de supporter qu’à un groupe parlementaire, enraciné dans les territoires et dans la société.
Cette situation conduit à une organisation pyramidale du pouvoir où tout procède du président…et de ses proches,..qui partagent la même vision, la même culture. Cela permet, bien sûr de prendre des décisions, et, au moins formellement, de faire des réformes. Mais il manque les ajustements, le recherches de points d’équilibre, les échanges et explications, qui conduisent à l’adhésion du grand nombre. On peut ainsi baisser les APL de 5€, faire du mécano avec les cotisations et la CSG, faire évoluer les retraites moins que le coût de la vie… toute mesure que la direction du budget rêve de voir prendre depuis tant d’années.
Et un jour ça craque, parce-que le plus grand nombre ne se reconnaît plus dans ces décisions, parce-qu’il n’y trouve plus de sens, seulement de l’injustice.
Alors que les institutions de la République devraient avoir pour ambition de diminuer la coupure croissante entre la population et les « élites », notre système institutionnel et la pratique du pouvoir qu’il induit, renforce « l’entre soi » des dirigeants et accroît, un peu plus encore, la défiance dont ils sont l’objet.
La France, comme d’autres pays, plus encore que beaucoup d’autres, doit retrouver des institutions et une culture démocratique, qui seule assure l’unité d’une nation et permet le changement durable. Nous en avons un besoin urgent.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire